vendredi 28 novembre 2008

Le pékinois mitigé

Depuis qu'il n'est plus dans les usages de se faire réveiller par un majordome, préalablement ramené d'une campagne dans les indes orientales, qui vous sert le thé et puis s’incline en psalmodiant : que le soleil irradie votre journée, sahib, l'homme moderne et cosmopolite est contraint de se réveiller lui-même. Il est assisté dans cette épreuve par un radio-réveil. Sans vouloir me vanter, je dispose d’un tel ustensile qui me rappelle quotidiennement l’heure où débutent les manœuvres préparatoires à l’intégration de mon lieu... [Lire la suite]
Posté par thco à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 24 novembre 2008

Le lecteur doué d’entendement est prié d’observer une minute de silence en hommage au lachanophobe végétarien dont la vie triste et grisâtre présente aussi peu d’intérêt qu’un hymne national. J’ai bien l’honneur de vous saluer.
Posté par thco à 13:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 10 novembre 2008

Copinage

Si par les œuvres de la Providence vous deviez vous trouver dans l’environnement de la rue des Celtes à Etterbeek le 13 novembre vers 21 heures, il vous est conseillé de vous rendre au numéro 17 de la dite rue qui héberge le bar Akazoé. Et vous feriez bien car vous pourrez assister au set de DJ QUILOMBO, membre de l’Institut, fondateur et trésorier d’ALJAMÍA SOUNDSYSTEM, assistant social et disque jockey comme son nom semble l’indiquer. Il se dit même que je m’emparerai des électrophones pour passer quelques 45 tours de musique... [Lire la suite]
Posté par thco à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 7 novembre 2008

Les gardes belges

L’actualité me donne l’occasion de republier un article paru sur ce même blog en octobre 1924 et qui m’avait valu un certain succès dans les salons. J’y faisait le compte rendu d’un voyage en Italie et d’une surprenante visite du Vatican. (…) je remarquai un homme d’un âge infiniment respectable et vêtu à la manière des levantins qui regardait en ma direction. Son costume trahissait l’élévation de son rang et sa barbe blanche[1] ajoutait un air de sagesse à la noblesse de sa physionomie. Il m’adressa la parole en un français très... [Lire la suite]
Posté par thco à 13:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]